Exclusivité! Michel de retour du Dakar 2012…

Mais au fait… qui est Michel?

 

Après une première interview, Julien Barthélémy nous parle de son expérience vécue et partagée avec « Michel » sur le plus grand rallye raid du monde, le Dakar. Julien B. a participé à l’épreuve au sein de l’équipe organisatrice (ASO) pendant que Michel passait à la télévison et s’offrait des scéances photos avec tous les plus grands pilotes et champions.

 

 

Tout d’abord parle-nous un peu de « Michel » ?

Julien B. : Je suis un peu le père de Michel, c’est un petit personnage sur une moto qui a créé le buzz sur le bivouac. Au départ j’avais juste l’idée de faire des photos. Puis j’en ai parlé autour de moi. Un caméraman de France télévision a trouvé l’idée géniale et toute son équipe a voulu reprendre et répandre mon idée.

 

 

Luc Alphand
Stéphane Peterhansel

 

 

Comment Michel est passé à la télé ?

Julien B. : L’équipe de tournage est venue me voir et ils me l’ont emprunté pendant trois jours pour les tournages.

 

Tu n’as pas eu peur de perdre Michel ?

Julien B. : (rire) C’est l’ancien champion Luc Alphand en personne qui me l’a rendu. Michel est passé dans les mains des plus grands champions Auto-Moto, il est devenu une star en quelques jours avec des rencontres et un passage sur France 4.

 

Après tant de succès quel est l’avenir de Michel ?

Julien B. : Maintenant j’aimerais faire voyager Michel dans l’Aveyron, sur l’Aubrac, le Rougier de Camarés… il va falloir trouver le caméraman?

 

 

Michel de retour en Aveyron
Michel profite du paysage

 

 

En parlant de ces espaces Aveyronnais, as-tu trouvé des similitudes avec ta région natale ?

Julien B. : Oui, en Argentine, nous sommes passés dans une région désertique avec des couleurs rouges semblables avec celles du pays St Affricain. Sinon, quelques espaces ressemblent un peu à l’Aubrac ou au Larzac avec de très longues étendues vierges.

Je retiens aussi les lignes de Nazca, classées au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 1994. J’ai eu la chance d’y marcher avec le maire d’une ville voisine. Nous avons eu un excellent accueil.

 

Le retour n’a pas été trop dur ?

Julien B. : (souffle) Si, le retour a été assez dur. Six heures de décalages horaires, une superbe aventure et des souvenirs plein la tête… difficile de revenir! L’hiver ici semble très gris… ça tranche des couleurs vives et chaudes de l’Amérique Latine.

 

Que retiens-tu de ce Dakar ?

Julien B. : Une superbe aventure humaine et sportive !

 

Merci Julien

 

Lien utile :

 

http://www.air-globe.com/accueil

 

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *